Panier

🔥 JOYEUSES FÊTES : -10% MAINTENANT AVEC LE CODE NOEL10

Mon chat est constipé, que faire ?

            C’est bien connu : le système digestif des félins est très fragile. Chaque jour, nos chats utilisent leur litière. Cependant, une absence de selles au bout de 2 jours devrait nous alerter. La constipation n’est pas à prendre à la légère, c’est pourquoi il est important d’identifier les causes principales, afin d’apporter à votre ami à 4 pattes tout ce dont il a besoin : une surveillance responsable et des aliments sains, qui retarderont au mieux la visite chez le vétérinaire.

Quelles sont les origines de la constipation chez mon chat ?

Un animal malade ne se remarque pas toujours. Dans le cas de la constipation, la raison peut découler d’un manque d’activité physique : votre animal domestique n’est pas assez stimulé, il se dépense moins et peut devenir obèse. En ce sens, les chats âgés et les « chats d’appartements » ressemblent aux humains. Comme chez l’homme, il doit suffisamment s’hydrater et ingérer une quantité régulière d’eau fraîche, même si ce carnivore strict n’est pas un grand buveur. Par exemple, la fontaine est une solution de plus en plus populaire auprès des propriétaires de chats, que l’on peut retrouver sur des boutiques consacrées à leur bien-être, telle que Chatounette.

            Parmi les coupables désignés, la boule de poils peut nuire à votre animal de compagnie : en avalant les poils tombés, pendant la toilette ou bien au cours d’un jeu et surtout s’il a un pelage touffu… Son ventre peut se mettre à gonfler, parce qu’il ne crache pas correctement ou pas assez. L’ingestion d’os est également très nocive pour lui. On considère qu’il est essentiel de ne pas donner de restes de nourriture réservée aux humains aux chats, précisément parce que leur organisme est très sélectif. Même si le geste est tendre et part d’une bonne intention, ne leur servez pas de résidus de poulet, lapin et autres carcasses. Cela pourrait endommager leur paroi intestinale à long terme.

Un chat blanc constipé dans sa litière verte avec un mur blanc dans le fond.
Un chat qui passe beaucoup de temps dans sa litière sans rien faire est probablement constipé.

            L’une des raisons les plus courantes reste le stress. Un déménagement, une litière négligée ou un type de gravier remplacé trop brutalement, l’arrivée d’un chien au domicile familial, une marque de croquettes achetée sans transition… Les chats sont sensibles et difficiles face aux changements de la vie quotidienne.

Des maladies graves comme l’occlusion intestinale, l’obstruction urinaire ou l’anorexie peuvent être annonciatrices de complications liées à cet état.

Les bons réflexes à adopter pour un transit idéal

Enfin, le régime alimentaire  influence directement la digestion : la nourriture pauvre en fibres et inadaptée, un surplus de croquettes et trop peu de produits humides peuvent enclencher un état de constipation.

Certaines astuces naturelles vont vous faciliter la vie et protéger votre compagnon.

Ainsi, l’herbe à chat est reconnue comme une friandise alléchante, qui l’amuse tout en l’aidant à évacuer. Il existe une multitude de jouets, arbres à chat et grattoirs imprégnés de cette substance, pour un maximum de plaisir et une santé renforcée.

L’huile d’olive faciliterait la digestion de la nourriture engloutie par le félin et lubrifie naturellement les parois. De plus, les phéromones dégagées par l’olivier l’incitent à se dépenser. Cependant, cette texture grasse ne contient aucun élément intéressant pour le chat : c’est pourquoi vous devrez faire attention aux quantités ingérées. Réservez ce liquide aux situations telles que la constipation et aux corpulences normales.

En effet, les graisses à l’intérieur de l’huile végétale nuisent aux animaux obèses. On privilégiera donc le psyllium : cette plante joue le rôle de régulateur digestif et prévient les éventuels troubles liés à la constipation et à la diarrhée. Le colon de votre compagnon est renforcé : il est moins exposé au diabète, grâce à ses propriétés stimulantes : l’organisme du félin sécrète des acides biliaires qui permettent de faire baisser le taux de cholestérol.

Au-delà des bonnes habitudes à prendre pour améliorer la santé de votre chat, il vous sera important de rester sur vos gardes : une vigilance à toute épreuve ainsi qu’une connaissance suffisante en matière de nutrition.

Prévenir les symptômes

Votre rôle à jouer, en tant que maître et protecteur de votre félin est l’observation de son comportement et de ses habitudes.

Surveillez la forme de votre animal : l’obésité est un signe de mauvaise santé : vous devez alors changer votre routine ainsi que son régime, afin de rééquilibrer son organisme et aider votre chat à retrouver un poids normal.

Un individu en bonne santé défèque régulièrement : vous le remarquez au moment de nettoyer son bac. Vous trouvez une faible quantité de matière fécale à l’intérieur ou bien à côté de la litière ? Ces constations cachent un malaise physique et mental. Assurez-vous que les selles sont saines (pas de sang) : veillez à ce que la litière se situe dans un endroit calme et isolé, éloigné de sa gamelle. Certains chats peuvent être peureux et craindre la trappe : tentez de la retirer pour apaiser les angoisses de votre compagnon. Si les mauvaises odeurs vous rebutent, dispersez un soupçon de bicarbonate de soude sous les gravats : c’est une méthode facile et radicale.

            Tous les animaux ont leur propre personnalité et une attitude spécifique à chaque individu, même s’il existe un comportement généralement admis comme équilibré et normal. Parmi les signes qui doivent vous avertir au sujet de sa santé, on retient surtout un passage fréquent dans la litière sans succès : le chat peut éventuellement se préparer en position et émettre des sons inquiétants. La constipation chez lui est douloureuse : on sait que les chats ne miaulent pas entre eux, c’est leur manière de communiquer avec vous, son humain. Ainsi, un miaulement plaintif sera reconnaissable : nettement plus grave qu’à l’ordinaire. En cas d’épisode difficile, votre animal de compagnie vous semblera fatigué, et perdra son appétit.

Une alimentation appropriée : la clé d’un chat en bonne santé

Pour que nos animaux de compagnie vivent au mieux et le plus longtemps possible, nous devons leur fournir le meilleur en matière de nourriture et de nutrition : tout tourne autour de son bol de croquettes et de sa pâtée.

            À l’instar du chien, l’estomac de ce félidé apprivoisé n’a pratiquement pas évolué, malgré la domestication. En tant que prédateur, il consomme principalement des protéines et une quantité infime de glucides. On estime que l’apport d’aliments humides est essentiel pour l’harmonie du chat : si vous avez pris l’habitude de donner exclusivement des croquettes à votre chaton, son état général peut présenter des signes d’inconfort. Parmi ses spécificités, vous remarquerez qu’un spécimen sain ingère plusieurs portions de nourriture au cours de la journée et de la nuit : une multitude de repas étalés, qui rythment ses siestes et ses séances de chasse et jeu.

            Vous pouvez envisager une gamme de croquettes spécialement élaborée pour traiter les troubles de la digestion, par exemple. Mélangez la texture dure et sèche (comme les croquettes) à de la pâtée, afin de lui apporter suffisamment de fibres. En fonction de son âge, ses besoins se développent : c’est pourquoi vous serez amené à acheter des produits réservés aux chatons, chats stérilisés, adultes et séniors.

            L’industrie rebute certaines familles et propriétaires de félins domestiques : elle souffre d’une réputation de plus en plus négative. Pour des motifs écologiques, on peut envisager une alimentation à base de portions « maison », préparées par le maître ou la maîtresse du chat avec des éléments non-transformés. Une décision qui doit être mûrement réfléchie et accompagnée d’un conseil vétérinaire constant. Enfin, il est primordial de changer l’eau consommée par votre compagnon, car elle doit toujours être fraîche et à disposition.

Décrypter l’étiquette des croquettes

Dans le rayon animalier du supermarché, on peine à identifier les marques à privilégier et celles à éviter. Pourtant, toutes les enseignes spécialisées dans la nourriture pour les bêtes sont soumises à une réglementation stricte. Le poids d’une ration moyenne de croquettes se situe entre 50 et 80 grammes, selon les besoins énergétiques de votre chat ainsi que la valeur nutritionnelle de ce qu’il consomme. Concernant la pâtée, la fourchette pour une quantité journalière est comprise entre 200 et 300 grammes. Passons en revue les points essentiels à surveiller, afin de prévenir la constipation du chat.

Méfiez-vous des produits discount au prix alléchant, car leur composition affiche des chiffres inquiétants concernant les céréales, qui peuvent, à terme encourager le diabète ainsi que l’obésité : les morphologies massives peinent à se déplacer et souffrent généralement de troubles digestifs importants.

L’élément essentiel pour ce carnivore est évidemment la viande. Le sac de croquettes « modèle » doit contenir des viandes de grande qualité, qui sont aisément absorbées par l’organisme de votre chat. Votre sachet devra donc indiquer un taux de protéines compris entre 30 % et 50 %, pour un pourcentage de graisse inférieur à 20 %.

Enfin, vous noterez que la stratégie marketing de certaines firmes est souvent douteuse. Ainsi, les termes comme « au goût de (…) », « riche en (…) » visent à tromper le consommateur : la mention « à 100 % » est la seule qui soit transparente concernant la composition.

Tout un travail de nutritionniste qui vaut le coup, pour la santé de votre protégé. Nous vous recommandons de vous procurer vos croquettes auprès d’experts du bien-être animal  : chez votre vétérinaire par exemple, plutôt qu’en grande surface, où vous ne recevrez pas de conseils sur-mesure, pour pallier les troubles digestifs comme la constipation.

Un chat blanc qui essaie de faire ses besoins dans une litière verte et sale. Il y a un mur blanc dans le fond.
Un chat qui est constipé fais des aller retours à la litière sans rien faire

Le rôle essentiel de mon vétérinaire.

Toute la vigilance du monde ne suffit pas à empêcher les problèmes qui surviennent à la suite d’une maladie par exemple : tumeur intestinale, douleurs chroniques chez les chats âgés dont la mobilité peut être réduite… L’ingestion d’un objet coincé dans le côlon est chose commune : parfois, l’expulsion est difficile, il faut alors avoir recours à un vétérinaire, qui peut intervenir efficacement.

Un examen clinique externe lui permet d’établir un premier constat (palpation de l’abdomen). Une radiographie peut être envisagée, si la corpulence de votre animal est trop importante. En cas de déshydratation, le vétérinaire peut également perfuser votre chat et lui administrer un lavement.

Une forme de constipation sévère peut survenir : on parle alors de mégacôlon idiopathique du chat, cela signifie que le diamètre du colon va s’élargir de manière permanente. Cette maladie est associée aux chats vieillissants ou séniors. Elle peut se déclencher à la suite d’une fracture du bassin pendant un accident par exemple, résultat de problèmes de comportement et d’hygiène, impossibilité de se mettre en position pour expulser les matières fécales… Pour les cas les plus graves, la chirurgie est envisagée afin d’extraire une partie du colon ou l’intégralité de l’organe. Afin d’éviter d’atteindre un tel stade, une réaction rapide de votre part sera indispensable. Dans la plupart des situations, si vous sollicitez votre vétérinaire à temps, vous pourrez soigner votre animal directement à la maison et ainsi rééquilibrer son organisme.

En conclusion: Comment traiter mon chat constipé à la maison ?

Vous êtes propriétaire d’un chat d’appartement (sédentaire) ou qui a un accès à l’extérieur. Dans les deux cas, la santé doit être surveillée de près afin d’éviter le pire. Un passage chez le vétérinaire peut vous guider, dans le but d’obtenir des préparations qui vont vous permettre de prendre en charge vous-même le problème.

Si votre spécialiste estime que la situation peut être gérée depuis chez vous, le vétérinaire peut prescrire l’usage d’un laxatif tel que le Microlax et autres compléments alimentaires. Les lubrifiants oraux et analgésiques, antiémétiques sont des médicaments qui vont empêcher les vomissements et favoriser le transit de votre chat. Les vers peuvent également être responsables d’épisodes gênants pour lui, dont la constipation : on recommandera alors la prise d’un traitement antiparasitaire.

 Contacter un spécialiste est le premier réflexe que vous devriez avoir, lorsque vous remarquez une attitude anormale ou inquiétante chez votre animal. Puisqu’il est expert, vous pouvez lui faire confiance : faire un bilan de santé, afin de vérifier qu’aucun risque d’aggravation n’est à l’horizon et lui poser des questions, dissiper vos doutes… Par exemple, au sujet du régime « BARF » qui séduit de plus en plus d’adeptes : nourrir son chien ou son chat uniquement avec de la viande fraîche ou du poisson, dans l’optique de respecter au mieux les habitudes naturelles de nos amis les bêtes.

Soigner l’alimentation de votre félin est essentiel pour le bon maintien de sa flore intestinale. Gardez aussi l’oeil sur un planning de consultations vétérinaires régulières. Il peut toujours arriver un soucis, c’est la nature; gardez juste en tête qu’il vous faudra être réactif pour ne pas avoir à traiter d’infections plus graves.

Et vous ? Quelles sont vos solutions pour soigner la constipation de votre félin ? Partagez nous vos remèdes en commentaires ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *