Panier

🔥 JOYEUSES FÊTES : -10% MAINTENANT AVEC LE CODE NOEL10

Chat qui dort beaucoup, est-ce grave ?

Le chat est un animal domestique qui a conservé ses instincts naturels. Tout d’abord, il s’agit d’un carnivore strict, qui chasse au crépuscule. Contrairement aux idées reçues, le chat n’est pas un animal nocturne : il connaît des pics d’activité liés à ses hormones au coucher du soleil, ainsi qu’au lever. Même dans votre maison et dans votre jardin, votre chat domestiqué a conservé sa nature profonde. Vous lui apportez sa nourriture toute prête dans sa gamelle, mais son organisme cherche à emmagasiner un maximum d’énergie, même s’il connaît un régime de vie plutôt sédentaire et tranquille. Pour conserver sa bonne santé, le chat fait la sieste : c’est son activité préférée et elle lui prend en moyenne 16 heures par jour.

Aux yeux des humains, cela peut sembler excessif, mais nous ne devons pas reporter les besoins de nos semblables sur des animaux comme les félins. Une telle dose de repos peut nous inquiéter. On se demande s’il est normal que notre chaton, chat adulte ou sénior/âgé dorme aussi longtemps… La réponse n’est ni oui ni non. Tous les chats sont différents et leurs habitudes sont solidement ancrées dans leur routine. Si votre animal ne montre pas de symptômes inquiétants de maladie : perte d’appétit, apathie, vomissement… Alors cela signifie simplement que votre chat est un bon dormeur ! On prévoit pour lui un coin cosy et confortable, pour un couchage de rêve, grâce à un coussin comme ceux que l’on peut se procurer sur Chatounette. 

Un chat rayé gris et blanc qui dort sur une couverture orange en mettant sa patte sur sa tete.
Ce n’est pas grave si votre chat dort beaucoup

Mais comment reconnaître un sommeil sain et réparateur d’un comportement inhabituel ? Certains signes ne trompent pas et vous pousseront à réaliser des examens poussés chez votre spécialiste en bien-être animal, le vétérinaire. Cet article présente les différents cas de figure, afin de vous éclairer au mieux sur le sommeil chez le chat.

Pourquoi est-ce que mon chat dort autant ?

Selon son âge, votre chat n’a pas les mêmes besoins en matière de sommeil. Par exemple, les chatons et les séniors dorment beaucoup plus longtemps que les chats adultes. Ils alternent 2 types de sommeil, tout au long de leur vie : l’un est léger, l’autre est profond. Dans le premier cas, la sieste dure de 15 à 30 minutes. Le sommeil profond est plus réparateur et plus court, puis le cycle paradoxal intervient. Un rythme circadien qui existe chez de nombreux mammifères et qui se régule naturellement. Ce cycle est mesurable grâce à un électroencéphalogramme.

16 heures en moyenne pour un chat adulte, mais jusqu’à 18 heures de sommeil chez le chaton ou le chat âgé, c’est beaucoup ! Et pourtant, c’est instinctif chez lui, le chat a besoin de dormir. S’il vous semble inoffensif et peu actif dans votre appartement, il demeure un prédateur qui comme les gros félins, a besoin de conserver son énergie, de recharger les batteries. Quand on dit qu’un chat est joueur, il est en réalité et avant tout un chasseur né. Vous l’observez, stimulé par la présence de jouets ou par des interactions avec vous ? Ces phases lui demandent beaucoup d’énergie. À noter que le besoin de sommeil évolue en fonction des saisons : un chat est plus enclin à faire de longues siestes en hiver ou par temps pluvieux, plus qu’en été ou au printemps.

L’autre raison qui pousse votre chat à dormir aussi longtemps est la température corporelle. Dormir est un moyen efficace de lutter contre le froid et la déperdition d’énergie. Lorsque vous stimulez votre chat et le poussez à jouer avec vous, vous reproduisez les conditions naturelles de chasse.

En dormant, votre chat se prépare simplement à chasser, même s’il reste à l’intérieur de la maison

La routine-sommeil d’un chat domestique

Un chat roux et blanc en train de dormir sur le dos allongé sur une couverture blanche
Les chats domestiques ont l’habitude de dormir énormément comparé aux chats sauvages, rien de grave!

Rien n’est plus stressant et frustrant pour votre chat qu’une modification de son train de vie. Ainsi, votre chat sera amené à développer des préférences, notamment au sujet de son endroit privilégié, pour dormir. Idéalement, la zone parfaite se situe en hauteur, afin qu’il puisse observer son environnement. Un arbre à chat sécurisé à proximité d’une fenêtre pourrait être un spot parfait. Cet espace consacré au repos est hygiénique, car nos compagnons détestent la saleté. De plus, il est éloigné de la litière et de la gamelle, car ce sont des sources d’odeur bien marquée et l’odorat de votre chat est surdéveloppé…

Durant sa vie, le chat va dormir pendant les deux tiers. Puisqu’il est « polyphasique », le chat va entrecouper ses siestes sur plusieurs petits épisodes mis bout à bout, tout au long de la journée et de la nuit. Tout comme sa façon de se nourrir, son comportement vis-à-vis de l’alimentation est celui d’un grignoteur. Sur la portion journalière de 200 grammes en moyenne, votre compagnon va se nourrir de temps en temps par petits morceaux de croquettes et pâtée. Son rapport à la nourriture est semblable à sa manière de dormir. Même constat vis-à-vis de ses phases de chasse, où votre félin va bondir, courir, sauter : tous ces gestes et mouvements le stimulent.

Si votre chat a accès à l’extérieur, alors il aura d’autant plus besoin de se reposer. Certaines familles font le choix de dormir avec le chat, dans le lit. Les adeptes de la ronronthérapie estiment que dormir avec un chat et profiter de ses ronronnements est bénéfique pour le sommeil. Vous y trouverez votre compte, si vous avez le sommeil lourd, cependant, votre chat risque de vous éveiller en miaulant et en bondissant tout autour de vous, dès l’aube !

Les symptômes qui devraient m’alerter

Le chat est un animal qui tient à ses petites habitudes et n’aime pas qu’on bouleverse son quotidien. Gare à ne pas changer le quotidien de votre boule de poils ! En plus de provoquer du stress, vous risquez d’encourager des troubles du comportement voire à terme des maladies. Certains comportements devraient vous interpeler, parmi lesquels une modification singulière de l’attitude habituelle de votre chat et des troubles gênants :

  • Un chat joueur et dynamique, câlin s’arrête de jouer et fuit votre contact : il semble nerveux.
  • La perte d’appétit se remarque, vous notez qu’il refuse de manger ou boude sa gamelle.
  • Une prise de poids significative sans réelle modification de son alimentation normale.
  • Votre chat ne s’hydrate plus depuis une demi-journée.
  • De la fièvre supérieure ou égale à 39 °C.
  • Une toux, des écoulements, une respiration sifflante et anormale.
  • La présence d’une plaie et une chute de poils.
  • Troubles urinaires et digestifs perceptibles.
  • État léthargique et abattu.

On considère qu’un changement brutal dans le comportement de votre chat est une raison suffisante de vous inquiéter. Vous pouvez appeler votre vétérinaire et lui présenter la situation. Contacter un spécialiste est toujours un bon réflexe : il vaut mieux prévenir que guérir, surtout concernant la santé fragile de nos amis les chats.

À noter que la dépression et l’ennui sont de redoutables ennemis pour votre chat. On prescrit même des anxiolytiques benzodiazépines à certains félins, en cas de stress chronique… Si vous ne jouez pas assez avec votre chat ou si vous le frustrez, il peut ressentir le besoin de dormir davantage, afin de calmer ses frustrations liées à l’absence d’activité physique. Pour mieux stimuler votre chat, des jeux interactifs et des gamelles intelligentes lui permettent d’interagir avec son environnement. Ainsi, votre animal en ressortira en meilleure forme.

Check-up santé

Si votre chat dort bien plus qu’à l’ordinaire, vous ne devriez pas vous inquiéter, sauf si vous vous apercevez que des symptômes inquiétants apparaissent. En effet, une somnolence anormale ou trop prolongée peut indiquer la présence d’un trouble grave ou caché. Quelques signes vous permettent d’établir un premier diagnostic avant de vous inquiéter et de prendre rendez-vous chez le vétérinaire.

Par exemple un chat atteint d’une maladie se nourrit différemment. Son rapport à la nature n’est pas habituel. Il mange trop ou pas assez, créant des situations d’anorexie et d’obésité. La litière du chat est un endroit important, primordial pour son bon développement. Si vous observez que votre chat se rend plus rarement pour y faire ses besoins ou qu’il s’endort carrément à l’intérieur, alors la situation mérite un passage chez le vétérinaire. Il n’est pas rare de remarquer une constipation ou une diarrhée aiguë accompagnant des phases de somnolence importante. Une insuffisance rénale peut également entraîner des troubles du sommeil : le flux d’urines est plus important ou réduit.

Physiquement, vous pouvez procéder vous-même à un examen sommaire. Rien à voir avec le professionnalisme des vétérinaires, mais cela peut déjà vous permettre d’évaluer le degré d’importance du problème. Des gencives pâles sont un mauvais signe, ainsi qu’une toux régulière. Les problèmes respiratoires ont un impact réel sur le sommeil de votre compagnon. Enfin, au moment des caresses, votre chat peut se rebiffer. En cas de réaction violente et agressive, cela signifie qu’il souffre certainement : c’est sa manière de communiquer et de vous indiquer que quelque chose ne va pas.

Parmi ces constats, la présence d’un symptôme est suffisante pour consulter le vétérinaire qui procèdera à des examens approfondis, vous permettant de vous rassurer ou de vous guider vers la guérison, à travers des traitements appropriés.

Je respecte les habitudes de mon chat, pour son équilibre

Votre chat a essentiellement besoin de sommeil. Contrairement à d’autres animaux, son sommeil est lié à sa nature de prédateur, qui a très peu évolué contrairement aux chiens. Ainsi, il est fortement déconseillé de réveiller brusquement votre chat : ce qui ressemble à une farce inoffensive peut entraîner une appréhension habituelle, qui engendre du stress. De plus, le chat peut vous griffer et vous blesser, si l’effroi est extrême. Certains chats sont très sensibles, cela dépend de leur histoire et de leur profil.

Le chat et l’humain partagent les conséquences de la vieillesse : un vieux chat peut dormir jusqu’à 20 heures par jour, c’est dire s’il est rare de le croiser éveillé… Et pourtant, vous ne devez pas forcer votre animal à s’éveiller pour satisfaire votre envie de câlins et de jeux. Le chat n’est pas à votre disposition : c’est un être avec lequel vous vivez en symbiose et non pas un jouet. Il faut laisser le chaton dormir, au risque de provoquer des troubles de la croissance et du comportement, une fois adulte ! Ce dernier aime changer de lieux de couchage pour se reposer, tout au long de la journée et de la nuit. La règle d’or est de maintenir à distance le lieu où votre chat se repose de celui où il s’alimente, ainsi que de celui où il fait ses besoins.

De plus, il paraît que le ronronnement des chats est très positif pour les humains et donc pour leur famille ! Votre chat peut même ronronner en dormant. Relaxez-vous à ses côtés et profitez de cet instant de complicité. Les ondes des ronronnements vous apaisent et vous créez des liens avec votre félin.

Les maladies du chat fatigué

La plupart du temps, votre chat dormira, c’est un fait. Cependant, il est parfois possible qu’il développe des symptômes inquiétants qui cachent des maladies qui nécessitent un traitement et un accompagnement vétérinaire.

Il existe de nombreuses maladies qui expliquent l’état léthargique d’un félin qui dort constamment : l’anémie, la leucémie féline (FeLV). Certaines de ces maladies se développent particulièrement au contact d’autres chats, car elles sont particulièrement contagieuses. Heureusement, il existe une quantité de vaccins efficaces, qui le protègent durablement. N’oubliez pas les rappels !

En conclusion: C’est grave si mon chat dort souvent ?

Des carences en protéines peuvent expliquer une baisse de la forme physique générale. C’est là le nutriment essentiel, peut-être le plus important dans l’alimentation de votre chat. Ce carnivore peut également attraper des vers, puisque les parasites pompent son énergie. Pensez à vermifuger votre chat régulièrement, de 2 à 4 fois par an idéalement.

Finalement, le chat mérite sa réputation de grand dormeur. C’est un animal domestique qui a conservé son patrimoine génétique de grand chat, à la manière des lions, panthères et tigres. S’il ne chasse pas des hyènes dans la savane, il reste pourtant prédestiné à la sieste. C’est pourquoi il est important de lui prévoir un endroit approprié à cette activité. Attention, cependant, à bien observer ses habitudes en matière de sommeil. Un changement brutal dans son attitude peut être signe d’une anomalie qu’il ne faut jamais sous-estimer.

En définitive, un rendez-vous chez le vétérinaire permet de balayer les doutes ou de révéler un trouble, afin de prévenir des maladies plus graves. Tous les chats sont différents, et méritent les meilleurs soins et toute notre attention.

Votre chat est-il un grand dormeur ou plutôt un hyperactif ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *